logo Turquoise la couleur du viol Turquoise la couleur du viol Solidarité avec les femmes tutsies
qui ont porté plainte pour viol contre des membres de l'armée française
Accueil > Bibliographie > Génocide du Rwanda > Politiques, militaires et mercenaires français au Rwanda. Chronique d’une (...)

Politiques, militaires et mercenaires français au Rwanda. Chronique d’une désinformation

samedi 12 avril 2014

Politiques, militaires et mercenaires français au Rwanda. Chronique d’une désinformation

L’auteur s’appuie sur des sources jusqu’ici inconnues pour montrer comment le régime du président Juvénal Habyarimana obtint le consentement préalable de l’Elysée à la possibilité de génocide, puis la préconisation depuis Paris d’un « front racial » contre la rébellion du FPR.

Description complète

L’élimination en masse des Tutsi du Rwanda en 1994 est trop souvent présentée comme le résultat d’une « colère populaire spontanée » dans un contexte de « fatalité tribale » en Afrique. Cet ouvrage démontre l’inanité de ces clichés. Le troisième génocide du xxe siècle fut le résultat d’une machine de propagande, de désinformation et de subversion des masses hors du commun. Les intellectuels et les hauts gradés rwandais qui conçurent et organisèrent en cent jours l’extermination d’environ un million de Tutsi et de Hutu démocrates utilisant sciemment les méthodes de la propagande nazie.

Jean-François Dupaquier dissèque ce compte à rebours vers le crime des crimes. L’auteur s’appuie sur des sources jusqu’ici inconnues pour montrer comment le régime du président Juvénal Habyarimana obtint le consentement préalable de l’Elysée à la possibilité de génocide, puis la préconisation depuis Paris d’un « front racial » contre la rébellion du FPR. Les agents de la Direction du renseignement militaire (DRM ) furent-ils dupes de la propagande de leurs homologues rwandais qui présentaient les Tutsi comme une « race » à éliminer « dans l’intérêt de la France », où bien y trouvaient-ils « un os à ronger », selon l’expression du patron de la DGSE ? François Mitterrand, obsédé depuis toujours par un « complot anglo-saxon » contre la francophonie, apparaît, avec ses courtisans, comme le premier responsable de ce naufrage.

L’auteur met aussi en lumière le jeu d’hommes de l’ombre, politiques, militaires et mercenaires, qui n’hésitèrent pas à manipuler le juge Jean-Louis Bruguière pour dissimuler leur responsabilité dans le génocide. Au terme d’une longue investigation, Jean-François Dupaquier apporte de nombreuses révélations sur une des plus impressionnantes séries d’opérations de désinformation du XXe siècle…

Jean-François Dupaquier est journaliste et a été expert auprès du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR ) dans le procès des médias. Il observe l’évolution du Rwanda et du Burundi depuis plus de quarante ans. Il est l’auteur ou le coauteur de plusieurs ouvrages analysant l’idéologie de la haine et l’instrumentalisation des opinions publiques dans la région des Grands Lacs d’Afrique, dont L’agenda d’un génocide, en 2010 aux éditions Karthala.

Date de publication 12/03/2014, source les éditions Karthala.

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0