logo Turquoise la couleur du viol Turquoise la couleur du viol Solidarité avec les femmes tutsies
qui ont porté plainte pour viol contre des membres de l'armée française
Accueil > Actualités > Presse > Nicolas Canteloup : le sketch qui ne passe pas...

Nicolas Canteloup : le sketch qui ne passe pas...

dimanche 9 février 2014

Nicolas Canteloup : le sketch qui ne passe pas...

Le Point.fr - Publié le 08/02/2014 à 14:39

Un sketch de l’humoriste sur le génocide rwandais diffusé mercredi sur Europe 1 a heurté le Conseil représentatif des associations noires, qui a saisi le CSA.

Source Sipa Media

Était-ce la blague de trop ? Le sketch sur le génocide rwandais de l’humoriste Nicolas Canteloup, diffusé mercredi matin sur Europe 1, n’a en tout cas pas été du goût du Conseil représentatif des associations noires (Cran). Alors que le procès de Pascal Simbikangwa, accusé de crimes contre l’humanité à l’encontre des Tutsis, se déroule actuellement à Paris, Nicolas Canteloup a livré sa propre interprétation du génocide.

Imitant la voix de Julien Courbet, a imaginé que l’animateur tentait de régler au téléphone un "conflit de voisinage" entre Monsieur Hutu et Monsieur Tutsi. "Vous avez découpé, ’macheté’ et ’carpaccioté’ sa famille, alors qu’apparemment, il n’en avait pas exprimé le désir. (...) Vous lui auriez également découpé les bras bien dégagés au dessus des coudes, il a d’ailleurs eu le plus grand mal à vous écrire du coup, avec les conséquences désagréables qu’on imagine, perte d’une montre de famille, impossibilité désormais de faire du stop... Comment ça vous vous en lavez les mains ? Pas lui, il ne peut plus le faire.’

Le président du Cran, Louis-Georges Tin, a peu goûté l’humour noir du chroniqueur, estimant que l’humoriste s’était "baissé de la manière la plus pitoyable". "Quand il s’agit des Noirs, à l’évidence, on peut tout se permettre. Mais il est temps que cela cesse. Ce soi-disant humour masque mal une forme extrême de mépris et d’abjection. Devant le crime contre l’humanité, esclavage, Shoah, Rwanda, on ne rit pas, on fait silence", a estimé Louis-Georges Tin, qui a saisi le CSA.

De son côté, Nicolas Canteloup, loin de présenter des excuses, a choisi vendredi d’assumer son sketch. "Je m’empresse de rire de tout, de peur d’avoir à en pleurer" : citant Beaumarchais, l’humoriste a concédé, avec la voix de Nikos Aliagas, qu’"un génocide n’est jamais drôle" mais expliqué qu’il essayait de faire sourire avec une réalité justement parce qu’elle est tragique, donc insupportable."

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0