logo Turquoise la couleur du viol Turquoise la couleur du viol Solidarité avec les femmes tutsies
qui ont porté plainte pour viol contre des membres de l'armée française
Accueil > Actualités > Presse > La France et le génocide des Tutsis

La France et le génocide des Tutsis

samedi 26 avril 2014

La France et le génocide des Tutsis

Benoît COLLOMBAT et David SERVENAY 15 avril 2014 à 18:06

TRIBUNE

Depuis vingt ans, les dirigeants politiques français refusent toute remise en cause du rôle qu’ils ont fait jouer à la France au Rwanda, entre 1990 et 1994.

[...] Au Rwanda, entre 1990 et 1994, la France de François Mitterrand s’est compromise. A partir d’octobre 1990, elle soutient militairement un régime extrémiste qui, depuis des années, fait du Tutsi son ennemi intérieur et extérieur. Elle lui fournit des armes et des munitions, forme ses militaires dont les membres de la garde présidentielle qui encadreront le génocide. Les Français l’ignorent, mais la France mène une guerre secrète à des milliers de kilomètres de l’Hexagone. Elle combat les soldats du Front patriotique rwandais (FPR) dirigés par Paul Kagame, qu’elle considère comme des « Khmers noirs ». Elle copilote l’état-major rwandais et néglige les multiples alertes qui émanent de diplomates, d’espions, d’ONG, et même de certains militaires et qui remontent jusqu’au sommet de l’Etat. Dès 1990, le pire est en préparation : un génocide contre les Tutsis.

Le pouvoir politique français ferme les yeux sur des livraisons d’armes aux génocidaires malgré l’embargo des Nations unies, et permet le réarmement des extrémistes dans l’ex-Zaïre.

La France de Mitterrand envisage même dans un premier temps une opération militaire pour sauver le régime extrémiste hutu, alors que le génocide est presque accompli, avant de se replier sur une opération militaro-humanitaire, l’opération Turquoise, qui sauve indéniablement des vies mais sert également de sanctuaire aux génocidaires. Lire la suite.

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0