logo Turquoise la couleur du viol Turquoise la couleur du viol Solidarité avec les femmes tutsies
qui ont porté plainte pour viol contre des membres de l'armée française
Accueil > Actualités > Presse > "Je déclare avoir été violée" : "l’Obs" lance le manifeste des 313

"Je déclare avoir été violée" : "l’Obs" lance le manifeste des 313

jeudi 22 novembre 2012

"Je déclare avoir été violée" : "l’Obs" lance le manifeste des 313

Créé le 19-11-2012 à 11h09 - Mis à jour le 22-11-2012 à 17h28
Le Nouvel Observateur
Par Le Nouvel Observateur

En 1971, 343 femmes ont reconnu dans "le Nouvel Observateur" avoir avorté. Elles sont aujourd’hui 313 à déclarer avoir été violées. Un acte politique, lui aussi.

Chaque année en France, plus de 75.000 femmes, et presque autant d’enfants sont victimes de viol. Soit un viol toutes les huit minutes. Des drames banals, noyés dans la honte, que subit ou subira pourtant 1 femme sur 10 au cours de sa vie. Il faut se rendre à l’évidence : loin du fait divers, c’est un fait de société sourd, qui frappe tous les milieux sociaux. Et recèle son lot de vérités inavouables.

Sait-on que 80% des viols restent aujourd’hui commis par un proche, conjoint, amant, père, grand-père, ami de la famille ou patron ? Nous voilà loin du cliché où le violeur est un psychopathe armé et violent, qui traîne sa victime en minijupe dans une rue sombre.

Comme il le fit en avril 1971 en faveur de l’avortement, "le Nouvel Observateur" publie aujourd’hui un manifeste pour que notre société ouvre enfin les yeux sur la vérité du viol en France, un scandale massif qui appelle une mobilisation urgente. Pour la première fois, des centaines de femmes déclarent ensemble avoir été violées. Elles signent aujourd’hui le "manifeste des 313".

De la joueuse de tennis Isabelle Demongeot à l’ancienne épouse de l’ex-Premier ministre Marie-Laure de Villepin en passant par l’auteur et scénariste Frédérique Hébrard, elles ont entre 18 et 87 ans. Dans les semaines qui viennent, elles seront des centaines, mues par le courage, à s’engager pour que la honte change de camp. A l’origine du texte et première signataire, Clémentine Autain s’affiche (voir son interview en vidéo). "Après l’affaire DSK, des femmes ont osé parler, le voile s’est un peu levé, je ne voulais pas qu’il retombe, explique-t-elle. Il faut en finir avec l’hypocrisie des images d’Epinal, le viol est un fait social qu’il faut maintenant prendre à bras-le-corps." Et il y a du travail. Lire la suite sur le site du Nouvel Observateur.

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0