logo Turquoise la couleur du viol Turquoise la couleur du viol Solidarité avec les femmes tutsies
qui ont porté plainte pour viol contre des membres de l'armée française
Accueil > Actualités > Presse > Ex-soldat français au Rwanda, j’exige de la France la vérité sur le (...)

Ex-soldat français au Rwanda, j’exige de la France la vérité sur le génocide

lundi 1er septembre 2014

Ex-soldat français au Rwanda, j’exige de la France la vérité sur le génocide

LE MONDE | 29.08.2014 à 15h40 • Mis à jour le 01.09.2014 à 09h52 | Par Guillaume Ancel (ancien officier de l’armée de terre)

En 1994, un génocide a été commis au Rwanda, faisant près d’un million de victimes en 100 jours. Ce génocide a été organisé par le gouvernement rwandais de l’époque et exécuté notamment par ses forces armées, les FAR. Ce ne fut pas un déchaînement de violences spontanées de paysans misérables, mais une entreprise démente, structurée et systématique d’éliminations des Tutsi du Rwanda.

Un million de victimes en 100 jours, c’est 10 000 personnes éliminées quotidiennement pendant plus de trois mois. Le 22 juin 1994, la France déclenche l’opération « Turquoise », après avoir obtenu un mandat humanitaire de l’ONU.

J’ai participé à cette opération comme capitaine de la force d’action rapide. J’étais spécialiste du guidage au sol des frappes aériennes au sein d’une unité de combat de la Légion étrangère. J’avais 28 ans.

VERSION OFFICIELLE

C’est le décalage entre la version officielle et la réalité des missions que j’ai effectuées sur place qui m’oblige à témoigner, car comment peut-on comprendre et réfléchir sur le rôle de la France dans le drame rwandais si on ne connaît même pas les pièces du puzzle ?

Certaines sont rondes et difficilement contestables. Les unités de l’armée française avec lesquelles je suis intervenu se sont comportées de manière très professionnelle et ont fait ce que les responsables politiques français attendaient d’elles. J’ai un profond respect pour mes anciens compagnons d’armes, et il ne m’appartient pas de les critiquer. Lire la suite sur le site du journal Le Monde.

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0