logo Turquoise la couleur du viol Turquoise la couleur du viol Solidarité avec les femmes tutsies
qui ont porté plainte pour viol contre des membres de l'armée française
Accueil > Actualités > Presse > Entretien avec Guillaume Ancel : « On aurait dû les arrêter »

Entretien avec Guillaume Ancel : « On aurait dû les arrêter »

jeudi 24 juillet 2014

Entretien avec Guillaume Ancel : « On aurait dû les arrêter »

Publié le 24 juillet 2014 (rédigé le 6 juillet 2014) par François Graner, Guillaume Ancel, Mathieu Lopes

Guillaume Ancel est un ancien militaire français. Il était capitaine quand il a été envoyé au Rwanda dès le début de l’opération Turquoise. Il est récemment sorti de sa réserve en publiant un livre, Vents sombres sur le lac Kivu, puis un blog et des entretiens. Pour Billets d’Afrique, il revient, entre autres, sur la confusion entretenue par les autorités françaises sur les buts de la mission confiée aux militaires ; sur le fait que le 29 juin 1994, quand des rescapés tutsi sont tués à Bisesero, son unité est opérationnelle et aurait pu intervenir, mais qu’on ne lui en donne pas la mission, l’envoyant plutôt combattre le Front Patriotique Rwandais ; sur la fourniture d’armes par la France à l’armée rwandaise, qui participe au génocide ; sur le fait qu’il était techniquement possible d’arrêter des membres du gouvernement responsable du génocide, mais que les ordres reçus ont été de les faire partir. Lire la suite sur le site de l’association Survie.

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0